Un peu de poésie...

Le vin a toujours été une source d’inspiration créatrice pour les artistes, peintres, chanteurs, gens de cinéma, photographes ou écrivains. Bien des œuvres sont empreintes de l’ivresse joyeuse, ou parfois désespérée, mais sans nul doute originale, laissée par le vin. Petit tour d’horizon de phrases et pensées célèbres… « L’art et le vin sont les joies supérieures des hommes libres ». Aristote, IVe siècle avant notre ère. Le vin est mystérieux. Cette boisson fabuleuse, plus qu’aucune autre, suscite intérêt et respect depuis la nuit des temps. Les Romains, lors des fêtes de Bacchus, s’enivraient de vin pour, croyaient-ils, se rapprocher de leur dieu. Tu parles d’un prétexte ! « L’ivresse, si elle est véritable, te fera fort ; si elle est feinte, elle peut t’être utile » disait Ovide. Bien d’autres poètes de l’Antiquité ont vanté les vertus du vin. Ainsi Horace disait-il de lui qu’il « met à jour les secrets de l’âme ». Homère, qu’« il vous fait un cœur d’homme ». Et Euripide qu’« il nous invite à la danse et nous fait oublier nos maux. Sans vin, il n’y a pas d’amour ». Platon affirmait que les leçons de son maître Socrate n’étaient données que lors de repas bien arrosés… J’en conclus personnellement que les philosophes ont pu répandre leurs lumières grâce au nectar divin. Preuve à l’appui: Louis Pasteur lui-même disait qu’il y a plus de philosophie dans une bouteille de vin que dans tous les livres… Ne vous méprenez plus sur son compte, chers lecteurs, ce grand n’était pas vraiment un scientifique. Lors de ses travaux sur la fermentation, c’est de la philosophie qu’il faisait, en réalité… Daudet, Lamartine, Flaubert, Verlaine, Rimbaud… tous ont écrit les mérites du vin. Baudelaire connut un individu dont la vue affaiblie retrouvait dans l’ivresse toute sa force perçante primitive. Le vin change la taupe en aigle. D’ailleurs il disait que boire du vin c’est boire du génie et que s’il disparaissait, il se ferait dans la santé et l’intellect un vide, une absence, une défection, beaucoup plus affreux que tous les excès dont on le rend responsable. Rabelais vous dirait : « Buvez, vous ne mourrez jamais ». Le grand Dali : « Qui sait déguster ne boit plus jamais de vin, il goûte des secrets ». Victor Hugo, qui séjourna à l’Hôtel d’Europe : « Dieu n’avait fait que l’eau, mais l’homme a fait le vin ». J’ai gardé ma préférée pour la fin. Bien sûr, je l’avais utilisée pour mon mémoire à l’Université du Vin. Celle-ci est de Paul Claudel, le frère de Camille : « Le vin est un professeur de goût ; il est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence ».