Rosés au Musée

 

Lumière tamisée, inoffensive. 

Atmosphère mystérieuse, presque mystique.

On n’a pas le moindre doute ici : on vit un instant unique, un instant suspendu ; dans le temps et dans un musée de toute beauté. 

Je m'apprête promptement, grisé par quelque occulte influence, et plus prosaïquement par mon retard en ces lieux, malgré ma course effrénée, due bien à propos aux coureurs qui avaient décidé justement aujourd'hui de faire une visite, ou plutôt un tour, des remparts de la Belle fortifiée. Tout cela rendait fantasques les heures à venir. 

Mais le trio est là, et il me faut les accueillir dignement. Arborant affabilité et veste rehaussée d'une broche dorée caractéristique des hommes exerçant ma passion et ma profession, je m'avance vers eux. Eux : un couple d'Américains, et leur guide française. Plus précis ? D'accord. Des Américains de l'état d'Alabama, une guide française d'Avignon. Mieux ? Ok, super.

Avenants, ils le sont eux aussi. L'homme est beau, soigné; sa belle est blonde, précieuse. Ils sont jeunes et cool. 

Tous trois s'asseyent nonchalamment, et je suis ébahi ; la magie de la pièce ne semble avoir aucune emprise sur eux. Peut-être sont-ils eux-mêmes de puissants sorciers que leur propre théurgie immunise? 

Je m'affaire aussitôt. Sous leurs yeux pleins d'espoir je carafe deux vins sans théâtre et débute ma tirade ; emprunté mais éloquent d'abord, confortable et passionné ensuite, fougueux et contagieux, enfin. La danse des rosés commence. 

Domaine des Bosquets ouvre le bal. Le Gigondas rosé est frais, élégant, une iode fine et déstabilisante réveille agréablement nos sens engourdis. Julien Bréchet excelle dans l'art de surprendre ; jadis forte concentration anthocyanique assortie d'épices chaleureuses, le Gigondas rosé n'était que réplique du Tavel notoire. Aujourd'hui entre les mains d'un artiste visionnaire et intelligent, il est clair et invitant, minéral et gracieux. Bref il est bon quoi. 

Domaine Saint-André de Figuière, fier second, n'est pas en reste. Reste que, glorifié d'olives de Nyons (les meilleures selon moi, quoique les Taggiasche quand même, quoique les cailletiers, aussi), difficile de n'être point enjoué ici. Mais matière tendue, salinité tonique, c'est sérieux. L'explorateur de vigneron, tantôt aviateur, tantôt navigateur, tant s'attela à son terroir que tôt obtint des résultats.

Château de Pibarnon à Bandol marque une rupture. Telles les vagues varoises et furieuses donnant l'assaut contre les roches braves mais inquiètes du littoral. Sa notoriété n'est pourtant pas manipulation, le vin est exemplaire, irréprochable. Si ce n'est un soupçon viril, un nuage bestial, une pincée ardent. Néanmoins Colombo a bien travaillé, l'œnologue a résolu l'affaire qui consiste en la production du vin le plus difficile à produire, quoiqu'on en dise : le rosé. 

Ici le couple cille ; oscille l'intonation de leur voix, aussi je cite les affriolantes fioritures choisies pour l'occasion. Les larrons exultent : un jambon plus rose que les vins, exalté par la truffe provençale ; un autre, cru celui-là, en provenance de la botte voisine, hommage à celles de l'homme, je suppute de même origine. Un fromage au lait cru de nos chèvres, chères et régionales, magnifié juste ce qu'il faut par le basilic sauvage; c'est comme cela que les Américains nomment la sarriette. Une fougasse aux grattelons parfaitement intraduisible, enfin une poignée de croquants mais pas trop, qui lavande, qui citron, qui amandes, qui anis. 

L'Américaine est moins précieuse maintenant. Elle me montre des photos et de l'enthousiasme ; un poney nain est la source de rires ininterrompus et bruyants, au mépris de la Dame en blouse rose. Jusque-là celle-ci approuvait ; tant de rose ne pouvait être que célébration pour son époustouflante beauté. Mais si peu d'attention attirait la sienne. Et son regard courroucé dorénavant me pèse.

Cependant les dégustateurs, eux, sont médusés ; nul radeau pourtant, mais d'innombrables et délectables victuailles les enchantent. J'en suis tout réjoui, je le confesse. 

C'est au tour de Petra, le singulier rosé de la singulière madame Hauvette résidant à Saint-Rémy de Provence. Clairement mon audace du jour. Unique, sauvage, inattendu. Déroutant, atypique, tout sauf consensuel ; sensuel et capiteux, capital en un sens. Je l'adore, ils ont du mal à le comprendre ; tout du moins c'est ce que je décide de penser, magnanime. 

Puis le Clos Cibonne. Le bien nommé ; l'historique, à bien des égards. Parce que Tibouren, du nom du premier cépage à avoir foulé l'Europe occidentale. Venant de l'antique Grèce, le peuple phocéen débarqua pas très loin du Vélodrome et complanta vite cette variété depuis oubliée. Parce que le créateur du domaine, près de 250 ans plus tôt, fut chevalier de Saint-Louis, capitaine de vaisseaux, et participa à la guerre d'indépendance... des États-Unis ! Seul un professionnel prévenant, doué d'une empathie stratégique et charmeuse pouvait choisir un vin aussi pertinemment. Le nectar scintille de mille feux dans la carafe; son nez suave donne l'illusion d'un grand blanc ; la bouche est complexe, délicieuse. Délice de longueur, de complexité; goûter le Tibouren du Clos Cibonne est une expérience inoubliable.

Mais oublions- la, et passons au suivant, on n'a pas toute la journée non plus. Car aussi déplaisant qu'il soit de leconstater, les bons moments ont une fin. Les mauvais aussi d'ailleurs. 

J'ai gardé Garrus le plus longtemps possible. Sacha Lichine a décidé il y a 20 ans, en hommage à son père fanatique (mais pas zélé) de cette formidable boisson aérienne (le rosé), de produire le meilleur de la planète. Le plus cher aussi ; ce qui est anecdotique. Et tout à fait déplacé. En carafe le liquide semble fluide ; la teinte incarnadine éblouit l’assemblée pantoise.                                                                                                     Absorbé, je m’emploie dans l’antre fastueux,                                                                                                      à verser quelques larmes du philtre vaniteux.                                                           Ils goûtent. Sifflent leur verre. Soufflent, interdits. L’homme lève les yeux vers moi, implorant. Je le sers derechef. Et profite alors de leur recueillement. 

Leurs papilles occupées,                                                                                                                                          A leurs yeux dérobés                                                                                                                                                  Je guette la dessinée.                                                                                                                                             Ta peau douce de lait,                                                                                                                                           Tes yeux profonds de jais,                                                                                                                                     Ce regard ! Beau, secret...                                                                                                                                         Que dit-il ? M’attends-tu ?                                                                                                                               Nudité ou vertu ?                                                                                                                                                   La couche, je l’ai vue !                                                                                                                                      Cette coiffe enflammée,                                                                                                                                         Ce rose passionné,                                                                                                                                                Je t’aime ! Désespéré... 

Pardonnez cet errement, amis lecteurs. Amedeo Modigliani, quel génie ! « La blouse rose », quel tableau ! Cette dégustation au musée Angladon, je ne pouvais la relater sans honorer la belle... 

Mais revenons à nos moutons. L’haleine fraîche, ils paissent, se délectent du rayonnant breuvage. Quel vin ! Château d’Esclans ne pouvait qu’achever la valse. Une richesse inouïe, une vivacité hors norme pour un vin du sud ! Volume, concentration, mais aussi pureté cristalline, cohabitent dans un... « Ho, this wine is so well-balanced!! » L’Américaine vient de me l’enlever de la bouche ! Un parfait équilibre... Garrus mérite son titre je crois. Son prix aussi, même si, je le concède, c’est tout à fait déplacé.

Mais il est l’heure. Le trio me remercie, je fais de même. Claire, la guide française d’Avignon, m’a été d’un grand secours. Nous nous saluons, prêts pour d’autres aventures. Je quitte les lieux, ému ; non sans un dernier coup d’œil vers la dame en rose.